Jeudi 17 septembre 2020

Le 3 septembre dernier, le Gouvernement wallon a arrêté sa stratégie immobilière pour 2020-2024 en matière de bâtiments administratifs. Sur la table depuis plusieurs mois, elle prend encore plus sens avec la crise du Covid-19 et la généralisation du télétravail.

Des objectifs ambitieux

Visant à donner un cap, cette stratégie est en lien avec les enjeux internes au SPW (regroupement des agents d’une même entité du SPW sur un seul site, offre de locaux neufs ou rénovés et adaptés à nos modes de travail actuels, …) et les défis à relever en matière de mobilité, d’énergie et de maîtrise des coûts.

Elle s'inscrit dans une volonté de mettre le parc immobilier du SPW en phase avec les grands enjeux environnementaux : performance énergétique, mobilité (situation centrale et proche des gares), modularité, en tenant compte du bien-être des travailleurs et du développement du télétravail, ...

Elle répond également à des préoccupations de gestion centralisée, prédictive et professionnalisée de la maintenance des immeubles (inventaire complet et nouvel outil de gestion Planon) et à des considérations budgétaires.

Si la décision du Gouvernement fixe les objectifs à atteindre, il appartient au SPW d’en établir les modalités pratiques (cessation ou signature de baux, vente de bâtiments, rénovation d'immeubles, modularité des espaces, ...)

Une stratégie en phase avec son temps

Le SPW occupe actuellement 36,5 m² bruts par agent pour l'ensemble du parc, ce qui représente une norme près de deux fois supérieure à celle constatée dans d'autres services publics, en Belgique ou dans les pays limitrophes. La réduction de la superficie totale est dès lors tout autant souhaitable que réalisable.

Le développement important du télétravail, accéléré par le confinement dû au COVID-19, a en effet démontré qu'il était nécessaire, pour une institution publique responsable, de réfléchir autrement à sa politique immobilière, tout en s’adaptant à ces nouveaux modes de travail.

Regroupements

Cette stratégie repose, pour les grandes villes wallonnes occupées par du personnel du SPW, sur le regroupement des implantations. Ceux-ci sont prévus comme suit :

Namur – Jambes

Actuellement, on compte 56 implantations dont 40 bâtiments administratifs. En 2024, les bâtiments administratifs seront réduits à 12 (répartis sur 8 sites).

Liège

La grande majorité des services seront regroupés en un seul bâtiment, à proximité de la gare de Liège-Guillemins. 6 implantations seront libérées pour une prise en location effective en 2022.

Wavre

Les 5 implantations seront regroupées dans un seul lieu dès le premier semestre 2021.

Mons

À Mons, sur les 8 implantations actuelles, 5 seront regroupées en une seule, et 3 immeubles seront vendus. La charge locative augmentera, mais elle doit être mise en perspective avec la vente de ces trois immeubles anciens, énergivores et nécessitant d'importants travaux de rénovation.

Charleroi

La stratégie est en cours d’élaboration, en relation avec d’autres organismes publics wallons également à la recherche de nouveaux bâtiments.