Réalisée pour la dernière fois en 2012 par la direction des Voies hydrauliques de Namur (Service public de Wallonie), l'objectif premier de la mise en chômage de la Meuse est, non pas de nettoyer la Meuse, comme d'aucuns pourraient le penser, mais d’entretenir et de réviser les berges, barrages et écluses de la Meuse entre la frontière française et Namur.