Vendredi 5 février 2021

Le SPW Mobilité et Infrastructure sort sa synthèse des chiffres du transport fluvial et de l'intermodalité en Wallonie. 

Le transport de marchandises représente 10 % de la mobilité dans notre région. Le transport fluvial a permis de transporter près de 40 millions de tonnes de marchandises par an. Cela représente 2 millions de camions en moins sur nos routes qui, mis l’un derrière l’autre, constitueraient une file de 40 000 km, soit le tour de la terre !

Les camions étant responsables de 99 % des émissions de CO2 du transport terrestre de marchandises, le transport fluvial représente incontestablement un atout écologique pour notre région.

Les parts modales du transport de marchandises en Wallonie se répartissent comme suit :

  • route = 84 %
  • rail= 9 %
  • voie navigable = 7 %

Sur nos cours d'eau, près de 13 mégatonnes de marchandises sont exportées tandis que l'importation concerne 10 mégatonnes. La plus grande part des marchandises sont constituées de matériaux de construction. La voie navigable permet de transporter de multiples catégories de marchandises, notamment grâce à l'utilisation de conteneurs qui permettent de passer d'un mode de transport à un autre en limitant le nombre de manipulations.

La Wallonie compte 450 km de voies navigables  et 1 665 km de voies ferrées reliées à toute l’Europe. Sur les voies navigables, on constate une diminution du nombre de bateaux, mais une augmentation du tonnage de ces derniers (+ 23 %). Il y a donc moins de circulation, mais plus de "poids lourds" sur nos cours d'eau. Cela est lié aux améliorations opérées sur nos voies navigables pour permettre le passage de bateaux plus larges.  

En Wallonie, il y a 4 ports : le port autonome du Centre et de l’Ouest (PACO), le port autonome de Charleroi (PAC), le port autonome de Namur (PAN) et le port autonome de Liège (PAL). Ce sont ces ports qui gèrent l'aménagement des terrains situés le long de la voie d’eau et attribuent les concessions aux entreprises pour les occuper.