Mardi 28 avril 2020

Le retour des journées plus chaudes rime souvent avec les premiers orages. Dans les campagnes où les champs ont été récemment semés, ils peuvent occasionner des inondations boueuses.  La Cellule GISER du SPW donne quelques conseils pour se protéger contre ces risques. En effet, ces inondations ne sont pas directement liées à un cours d'eau, mais bien aux endroits où se concentrent les eaux de pluie. Or la Wallonie compte 105 000 km axes de concentration de ruissellement répertoriés (bassins versants d'un hectare et plus). L'expérience des années précédentes montre qu'avec de la préparation, il est possible de limiter fortement l'apparition de ces phénomènes d'érosion intense, et de diminuer les dommages causés aux habitations, aux jardins et aux voiries.

Un outil d’évaluation du risque sur le Géoportail de Wallonie.

Ce type d’inondation étant lié à l’orage et donc très localisé, il est utile de consulter la carte LIDAXES  sur le Géoportail de Wallonie (ci-dessous) pour vérifier si son terrain ou son habitation sont situés sur un axe de concentration du ruissellement. Bien entendu, un terrain situé en contrebas d'un versant agricole cultivé, même sans axe de concentration identifié, peut se voir atteint par une coulée de boue.

Comment protéger son habitation ?

Si un terrain est soumis à un risque de ruissellement, voici les recommandations de la cellule GISER pour le protéger :


•    Vérifier le bon fonctionnement des ouvrages de collecte et d'évacuation des eaux de pluie : nettoyer les caniveaux, avaloirs, corniches et rigoles de tous les débris (feuilles mortes, banchettes, mousses...) qui ont pu s'y accumuler durant l'hiver.
•    Imaginer le trajet des écoulements intenses éventuels sur le terrain, et dégager un passage libre : aucun tas de bois, bac à fleurs, compost, sac de terreau et autre réserve de matériel pouvant faire obstacle au ruissellement (ou être emporté vers l'aval).
•    Protéger ce qui risque malgré tout d'être touché par les eaux. Ex : boucher les aérations de cave et soupiraux, surélever les machines et les armoires, enlever les tapis, etc. Il est aussi utile de garder à portée de main quelques outils : pelle, râteau, brosse et raclette, pompe vide-cave, bottes et lampe de poche. La commune peut aussi fournir quelques sacs de sable.

Que faire en cas d’inondation ?

•    En cas d’inondations, il convient de se protéger en coupant l’électricité, le gaz et le chauffage et en mettant les personnes vulnérables à l’abri. Il faut également alerter les services de secours : le 112 en cas de danger de mort et le 1722 en cas de situation moins ou non urgente. Enfin, il faut évacuer l’eau et racler la boue, s’équiper (bottes, gants, lampe de poche) et écouter la radio et les réseaux sociaux officiels afin de suivre les consignes des autorités.

Pour recevoir en temps réel les consignes de sécurité, il est possible de s’inscrire à Be-Alert. En cas d’urgence, la commune, la province ou le Ministre de l'Intérieur s'assureront de fournir les recommandations urgentes dans les plus brefs délais.

La Cellule GISER est un service de la Direction du développement rural du SPW – Agriculture Ressources Naturelles et environnement. Elle appuie les communes dans leur démarche de gestion et de prévention des risques d’inondations par ruissellement, par la réalisation d’analyses, de propositions d’aménagements et par le suivi des différentes étapes de la mise en oeuvre. La Cellule GISER remet aussi des avis sur les certificats et permis en zone soumise à une contrainte naturelle de ruissellement.