Le patrimoine

Le Département du patrimoine

Le Département du Patrimoine de la Direction générale de l'aménagement du territoire, du logement, du patrimoine et de l'énergie (DGO4 - DGATLPE) assume, depuis bientôt 30 ans, la coordination et la gestion de l'archéologie, de la protection du patrimoine et de la restauration des monuments de la Wallonie francophone.

Plus de 250 collaborateurs forment le Département du patrimoine. Ils sont répartis dans le site central de la DGO4 à Jambes et dans les Directions extérieures de la DGO4, dans chaque province. Le Département du patrimoine comprend trois Directions, Direction de l’archéologie, Direction de la protection du patrimoine et Direction de la restauration du patrimoine. Il est présent dans les provinces avec les Services de l’archéologie et les Services des monuments et des sites.

Qui sommes nous ?
Qui sommes nous ?
Rapport d'activités 2015
Rapport d'activités 2015

Le patrimoine de Wallonie est à l’image de notre territoire où se côtoient et s’entremêlent patrimoine naturel et patrimoine bâti, patrimoine rural, patrimoine industriel et patrimoine religieux, sans oublier nos centres urbains historiques et nos villages typiques.


La politique du patrimoine en Wallonie s’appuie largement sur les Conventions et autres textes internationaux pertinents en la matière. Ainsi, son objectif principal est la « conservation intégrée » du patrimoine. Les actions s’organisent autour des mots clés des Conventions, identifier, protéger, conserver et gérer, auxquels s’ajoute de manière de plus en plus affirmée la participation citoyenne.


Protection : classement et Inventaires. Depuis 1996, année de la ratification de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel par la Belgique, la Wallonie a inscrit cinq sites sur la prestigieuse liste du patrimoine de l’humanité (UNESCO), témoins remarquables de notre architecture civile et religieuse, de notre patrimoine archéologique et industriel. Avec la France et la Flandre, elle partage les beffrois de Belgique et de France alors que quatre sites composent la série des sites miniers majeurs de Wallonie.


Patrimoine exceptionnel. Tous les trois ans, s’inspirant des critères de l’UNESCO pour la liste du patrimoine mondial, le Gouvernement wallon arrête une liste recensant les éléments les plus remarquables du patrimoine wallon (215 biens sont repris sur la liste actuelle). Cette révision régulière permet au Gouvernement wallon d’intégrer dans sa sélection les évolutions permanentes de la notion de patrimoine.


Inventaires. En matière d’identification, la Wallonie est la première région de Belgique à pouvoir disposer d’un inventaire complet de son patrimoine architectural publié. L’actualisation et la mise en ligne de cet inventaire sont en cours avec un développement interactif permettant à la population de compléter l’information disponible.


Parallèlement à ce travail prospectif et systématique, des inventaires thématiques s’intéressent à des typologies aussi variées que diverses : des glacières à glace naturelle aux donjons en passant par les jardins historiques, les églises paroissiales du 19ème siècle ou encore les châteaux d’eau. Pour l’archéologie, un repérage systématique des sites connus ou localisés est réalisé, ainsi qu’un zonage du potentiel archéologique, le tout transposé sur une cartographie numérique. Outre un enrichissement des connaissances, ces inventaires constituent également de précieux outils d’aide à la gestion.


La protection est exercée par le biais du « classement » : en délégation du Gouvernement, le Ministre du patrimoine a la faculté de reconnaître par arrêté ministériel la valeur patrimoniale de biens culturels immobiliers précisément identifiés et d’en assurer ainsi la pérennité en vue de sa transmission. En Belgique, la première loi régissant la procédure de classement a été adoptée en 1931. Elle a été revue à plusieurs reprises pour s’aligner sur les évolutions du champ patrimonial et de son contexte de gestion : aux monuments et sites se sont ajoutés les ensembles architecturaux et les sites archéologiques. Les motivations de la protection se sont élargies pour prendre en considération les intérêts artistiques, historiques, techniques, scientifiques, sociaux, archéologiques, paysagers, esthétiques, architecturaux, urbanistiques et mémoriels.


Depuis plusieurs décennies déjà, le citoyen est impliqué dans le processus de classement. Une procédure particulière (la pétition) lui permet de proposer un bien au classement et une enquête publique lui donne l’occasion de donner son avis sur un projet de classement initié par d’autres. Actuellement, près de 4 000 biens sont classés en Wallonie, au titre de monuments (2 750), de sites (1 130), de sites archéologiques ou d’ensembles architecturaux.


La conservation s’exprime en priorité par une incitation des propriétaires à l’entretien régulier de leur bien classé, complétée par une assistance technique et financière. Ainsi tous les cinq ans, un bilan de l’état sanitaire du bien est dressé et les travaux à réaliser sont identifiés, en les classant par priorité. Cette démarche favorise un dialogue ouvert avec le propriétaire et permet de mieux planifier les interventions.


Les opérations d’entretien préventives ou curatives font l’objet de procédures particulières, relativement rapides et sont l’objet de subsides importants. Pour les travaux de restauration de plus grande envergure, une démarche participative permet à tous les acteurs de construire un projet de restauration. Cette démarche repose sur une procédure de concertation entre tous les intervenants – propriétaire, architecte, Ville, urbanisme, administration, experts – à la fois pour répondre aux préoccupations du propriétaire et pour s’assurer de la qualité des techniques et matériaux utilisés ainsi que du respect des qualités patrimoniales qui ont justifié la protection. Ici également, l’ouverture à la société est encouragée par le biais de majorations des taux de subsides octroyés, dans la mesure où le bien est accessible au public ou s’il accueille un programme d’affectation qui relève des enjeux et des compétences publiques.


Le souci d’impliquer la population dans la gestion de son patrimoine s’exprime également par le biais des subventions au « Petit patrimoine populaire wallon » qui aident à la restauration et à la mise en valeur des petits éléments construits qui agrémentent le cadre de vie, servent de référence à la population locale ou contribuent au sentiment d’appartenance.


La politique wallonne du patrimoine concerne également la gestion de l’archéologie wallonne en donnant la priorité aux fouilles préventives, à la conservation du matériel archéologique et à l’exploitation des données au moyen de publications scientifiques et pédagogiques. Des fouilles de sauvetage sont également réalisées en cas de nécessité et plus rarement des fouilles de programme qui concernent quelques sites particulièrement importants ayant un potentiel scientifique notoire, comme les minières néolithiques de Spiennes (patrimoine mondial) ou la grotte Scladina où ont été retrouvés des ossements d’un enfant néanderthalien.


Pour mener sa politique, le Ministre wallon du patrimoine s’appuie sur trois acteurs institutionnels.


Le Département du patrimoine est le service administratif en charge de la mise en œuvre des mesures légales et réglementaires relatives au patrimoine. Il fait partie d’une administration plus large qui regroupe d’autres matières : l’aménagement du territoire, l’urbanisme, le logement et l’énergie. Le Département du patrimoine compte plus de 250 agents dont le profil professionnel reflète la diversité des missions qui lui sont confiées : ouvriers de fouilles, techniciens, archéologues, historiens de l’art, architectes, comptables, agents administratifs mais aussi géographes, ingénieurs agronomes, photographes, etc.


L’Institut du patrimoine wallon est un organisme d’intérêt public créé en 1999 pour remplir les missions qui lui sont confiées par le Gouvernement wallon. Elles sont de trois natures différentes : la gestion immobilière, la formation aux métiers du patrimoine et la sensibilisation. La gestion immobilière s’attache d’une part à la gestion de propriétés à caractère patrimonial appartenant à la Région wallonne et, d’autre part, à l’assistance aux propriétaires de monuments menacés ou devant faire l’objet d’un projet de réutilisation. Le Gouvernement wallon identifie les monuments qui sont confiés à l’Institut.



Enfin, la Commission royale des monuments, sites et fouilles est une instance d’avis du Ministre. Fondée en 1835, elle est la plus ancienne Commission de Belgique. Elle compte 93 membres bénévoles désignés pour 5 ans en raison de leur expérience en matière de patrimoine. La Commission est appelée à rendre avis sur les propositions de classement, les projets de restauration, de maintenance et sur toute question soumise par le Ministre en charge du patrimoine. Elle dispose également d’un droit d’initiative.



Ce panorama de la politique patrimoniale wallonne ne serait pas complet s’il ne mentionnait pas les quelque 400 associations qui, en Wallonie, se consacrent à la conservation et la valorisation du patrimoine.

Le patrimoine de Wallonie

Le patrimoine de Wallonie est d’une richesse inépuisable et d’une diversité insoupçonnée. Villas gallo-romaines ou tombes mérovingiennes, châteaux et cathédrales, ascenseurs à bateaux et abris préhistoriques, cloîtres gothiques et portails Renaissance, autels baroques et salons rococo, ateliers de peintre ou maisons d’architecte, ensembles d’habitations Art nouveau ou immeubles modernistes, la Wallonie compte 50 000 biens d’intérêt patrimonial dans son Inventaire du patrimoine actuellement mis à jour. Parmi ceux-ci 4 000 sont classés, 215 sont repris dans la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie et 5 sur celle du patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO). Environ 30 000 sites archéologiques ou susceptibles de contenir des traces archéologiques sont identifiés.

La politique du patrimoine de Wallonie est établie par le Ministre en charge du patrimoine pour la Région wallonne et par la Déclaration de politique régionale. La gestion en revient au Département du patrimoine de la Direction générale de l’aménagement du territoire, du logement, du patrimoine et de l’énergie (DGO4) du Service public de Wallonie (SPW). Deux partenaires institutionnels apportent leur soutien complémentaire, la Commission royale des monuments, sites et fouilles, ainsi que l’Institut du patrimoine wallon.

Le patrimoine ? Des précisions, des définitions …

. Le patrimoine dont la Wallonie assure la gestion et l’évolution comprend les biens culturels immobiliers ainsi que les biens et sites archéologiques.

. Le patrimoine archéologique comprend les vestiges matériels, y compris paléontologiques ou leur trace, situés sous ou au-dessus du sol, envisagés comme témoignages de l’activité de l’homme ou de son environnement, d’époques ou de civilisations révolues, indépendamment de leur valeur artistique.

. Le patrimoine classé, ce sont les biens légalement protégés en raison de leur intérêt historique, archéologique, architectural, scientifique, artistique, social, mémoriel, esthétique, technique, paysager ou urbanistique, en tenant compte des critères soit de rareté, soit d’authenticité, soit d’intégrité, soit de représentativité.

. Le patrimoine exceptionnel de la Wallonie comprend les monuments, sites, ensembles architecturaux et sites archéologiques repris sur une liste établie par la Gouvernement wallon tous les 3 ans. La liste actuelle établie en 2013 comprend 215 biens ou parties de biens.

. Le patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO) comprend un ensemble de biens qui présentent une valeur universelle exceptionnelle justifiant leur inscription sur une liste établie par le comité du patrimoine mondial de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). La Wallonie est présente sur cette liste avec cinq sites reconnus.

. Les Inventaires répertorient les sites susceptibles de présenter un intérêt archéologique (‘Inventaire des dites archéologiques de Wallonie’) ou les biens présentant une valeur patrimoniale (‘L’Inventaire du patrimoine’). Ils sont établis sur la totalité du territoire wallon et mis à jour en continu. Des inventaires thématiques développent ces inventaires généraux.

. Les dispositions légales relatives au patrimoine sont contenues dans le ‘Code wallon de l'aménagement du territoire, du logement et du patrimoine’, livre 3, art. 185 à 252.

Organigramme du département du patrimoine

  • Direction Générale de l'Aménagement du Territoire, du Logement, du Patrimoine et de l'Energie  
    Directrice générale : Annick Fourmeaux
    Adresse e-mail
    Téléphone : 081 33 21 35
    • Directions extérieures  
    • Direction Fonctionnelle et d'Appui  
      Directrice : Michèle Ledent
      Téléphone : 081 33 21 50
      • Bibliothèque Docatel  
      • Communication  
      • Coordination des projets européens de coopération  
      • Evénements  
      • Gestion administrative du personnel  
      • Photos  
      • Ressources humaines et bien-être  
      • Ser. gén. : budget et comptabilité  
      • Ser. gén. : courrier  
      • Ser. gén. : économat  
      • Ser. gén. : gestion technique et immobilière  
      • Ser. gén. : support juridique  
      • Stratégie  
    • Département du Patrimoine
      Inspecteur général f.f. : Pierre Paquet
      Téléphone :
      • Gestion générale 
        • Bibliothèque 
        • Cellule Budget et contentieux 
        • Cellule Communication 
        • Cellule Feder 
        • Cellule Patrimoine international 
        • Cellule Patrimoine international/Archéologie 
        • Cellule Processus clés  
        • Cellule Publications 
        • Cellule Subventions 
        • Secrétariat 
        • Services photographiques 
          • Prises de vues et reportages
          • Photothèque
      • Direction de l'Archéologie 
        Directeur f. f. Alain Guillot-Pingue
        alain.guillotpingue@spw.wallonie.be
        Téléphone : 081 33 24 79
        • Communication 
        • Demandes et services 
          • Autorisations de fouilles
          • Agréments de dépôts de biens archéologiques
          • Déclarations de découvertes fortuites : archéologues des directions extérieures
          • Demandes de conventions ou subventions
          • Demandes de documentation
          • Prêt d’objets archéologiques
        • Directions extérieures 
        • Gestion générale 
          • Secrétariat
          • Comptabilité
          • Projets internationaux
          • Relations avec la Commission royale des monuments, sites et fouilles
          • Correspondant informatique local
        • Publication 
          • Coordination des publications
            • Collection Etudes et Documents / Archéologie
            • Chronique de l’Archéologie wallonne
          • Journées annuelles d'archéologie wallonne
          • Archéo 2014 : N...
        • Recherches archéologiques, opérations pré-, post-fouilles 
          • Inventaire du patrimoine archéologique wallon
          • Cartographie
          • Zonage archéologique
          • Dossiers d’opérations archéologiques
          • Stabilité, sécurité des chantiers
          • Etudes anthropologiques
          • Anthropologie préhistorique
          • Anthropologie historique
          • Etudes d’archéologie
            • Préhistoire
            • Protohistoire
            • Epoque romaine
            • Haut Moyen Âge
            • Moyen Âge
            • Temps modernes
            • Archéologie du bâti (CWAB)
            • Mégalithisme
          • Céramologie
            • Époque romaine
            • Haut Moyen Âge
            • Moyen Âge et Temps modernes
          • Sciences et disciplines associées
            • Coordination avec l'IRSNB
            • Géologie
            • Pédologie
            • Topographie
            • Photographie
          • Conservation et restauration d’objets archéologiques
      • Direction de la Protection 
        • Classement 
        • Déductibilité fiscale 
        • Inventaire 
        • Patrimoine arboré 
        • Patrimoine mondial Unesco : gestion des sites 
        • Sauvegarde 
        • Secrétariat 
      • Direction de la Restauration 
        Directrice f.f. Martine Marchal
        martine.antoinette.marchal@spw.wallonie.be
        • Appui et contrôle technique 
        • Architectes 
        • Assistance administrative 
        • Budget 
        • Etudes préalables 
        • Fiches état sanitaire 
        • Maintenance du patrimoine wallon 
        • Petit patrimoine populaire wallon 
        • Secrétariat 
        • Travaux dans les parcs et jardins exceptionnels 

Le mot de la Directrice générale

Annick Fourmeaux

Les thématiques qui sont la charge de la DGO 4 sont au cœur des préoccupations des citoyens : logement, énergie, préservation du patrimoine, aménagement de l’espace. Pour ces raisons, mes services mettent à disposition du public quantité de dossiers et d’informations que vous trouverez rassemblés ici.

Je vous invite à suivre nos différents comptes et à parcourir les multiples pages disponibles, ainsi que les liens vers d’autres acteurs de la gestion du territoire.

Bonne consultation à l’ensemble des internautes !

— Annick Fourmeaux - Directrice générale

Guide des institutions du Service Public de Wallonie

Les missions de la Direction générale opérationnelle - Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Energie

La DGO4, une Direction générale à la fois variée et cohérente.

Au coeur des multiples tâches qui incombent à la Direction générale opérationnelle de l'Aménagement du territoire, du Logement, du Patrimoine et de l'Énergie, il y a la recherche d'une plus grande cohérence des diverses actions qui ont un impact sur le territoire. Il y a aussi la mise en oeuvre de politiques sectorielles, tant dans leurs spécificités que dans cet objectif de cohérence globale.

Dans le secteur de l'urbanisme et de l'aménagement, elle met en oeuvre les plans de secteur, la gestion du paysage ou encore le réaménagement de sites, la rénovation et la revitalisation urbaines ou la valorisation des terrils.
Elle coordonne ou contrôle notamment les plans communaux d'aménagement, les règlements communaux d'urbanisme et les commissions consultatives d'aménagement du territoire et de la mobilité.
Elle exerce la tutelle de légalité sur les permis d'urbanisme et de lotir, les certificats de patrimoine et d'urbanisme délivrés par les communes.

Elle est également chargée de la protection et de la conservation du patrimoine immobilier de Wallonie ainsi que de la gestion des fouilles archéologiques.

Dans le secteur du logement, elle veille à la qualité de l'habitat, notamment par l'octroi d'aides aux particuliers et de subventions aux communes.

Dans le secteur de l'énergie, elle informe et aide aux comportements durables et met en oeuvre une libéralisation équilibrée des marchés d'électricité et de gaz.

Les rapports d'activités

  • Rapport d'activités 2015  
  • Qu'avons nous fait ? (2013)  
  • Qu'avons nous fait ? (2012)  
  • Qu'avons nous fait ? (2011)  
  • Qu'avons nous fait ? (2010)