Le Grognon, berceau d’une capitale

Dans le cadre du Projet Grognon (DGO4), un collectif d’archéologues plongeurs de l’ULB (CASA – CreA Patrimoine) a réalisé une opération de nuit dans les eaux de la Sambre à hauteur de la confluence.
Fouilles subaquatiques Grognon
ULB © Xavier Rambaud

Par ailleurs, les fondations du Grand Moulin (1733-1865), dont plus de 50 pieux en bois avec des sabots de métal sont encore conservés in situ dans la rivière, ont été localisées en amont du pont du Musée. L’analyse de l’état de préservation des niveaux archéologiques de la rivière, objectif principal de ce test, confirme en revanche que le substrat fluvial a partiellement disparu dans le lit de la rivière (dragages depuis 1859) et a complètement été perturbé jusqu’au lit primitif de la rivière au niveau des berges actuelles (canalisation de la Sambre vers 1825-1830 et 1950-1955). La présence de nombreux artefacts et celle des fondations du Moulin dans le lit de la Sambre indiquent toutefois qu’il existe encore des secteurs partiellement ou complètement préservés.

Fouilles subaquatiques Grognon
ULB © Xavier Rambaud

L’équipe a effectué un état des lieux archéologique de la rivière (diagnostic), non seulement sur le plan horizontal (lit de la rivière), mais également sur le plan vertical (sondages en fouilles stratigraphiques). Plus de 4.000 artefacts, allant de l’époque romaine au 21e siècle, ont été enregistrés au sein de trois sondages de 4 m2.

Fouilles subaquatiques Grognon
ULB © Xavier Rambaud

Enregistrer

Liens :

Tous les articles
Toutes les brèves
Tous les contenus multimédias